La fabrique de coalitions en mouvement – Reset Day 4

Le 21 avril dernier, la Fing et ses partenaires organisaient en ligne un Reset Day 4,  un des rendez-vous réguliers d’échange, de partage et d’accélération autour des coalitions d’action que nous souhaitons engager pour la transformation du numérique. Entre session plénière, témoignages d’acteurs de la communauté Reset et ateliers coalition, une journée en ligne assez dense suivie par une trentaine de participants.

Agir en coalition

Nos Reset days permettent à la fois d’interpeller de nouvelles personnes, d’animer le réseau hétérogène qui se constitue, de mobiliser de premières intentions d’agir de groupements ou organisations. Ils sont l’opportunité de découvrir la mécanique des coalitions #Reset.

Apprendre, faire partie d’une communautés, créer de nouvelles alliances, innover collectivement dans les réponses à apporter
La méthode de coalitions #Reset (une intention transformatrice, une vision, des expériences, des problèmes et des acteurs avec lesquels s’allier pour les résoudre), peut bien sûr se mettre au service d’actions déjà engagées. La logique d’impact en 2022 peut servir à des acteurs dont les initiatives plafonnent. #Reset permet à des projets innovants  de trouver de nouvelles pistes de développement, grâce à la rencontre d’experts pluri-disciplinaires dans un cadre propositionnel.

Une démarche qui s’inscrit dans le temps
Il n’est pas si simple, pour autant, de faire coalition : négocier entre acteurs de cultures différentes, se fixer des objectifs communs de transformation, décrire les impacts souhaités à atteindre, nécessaires pour mesurer la réalisation de l’action. Ce temps – long – de mise en coalition nous semble nécessaire pour créer confiance et engagement, avant autonomisation et dissémination des actions.

Premier panorama des coalitions #Reset

Pour rendre plus lisible la démarche de transformation systémique du numérique que propose #Reset, nous avons regroupé les premiers sujets à coalitions par axes thématiques à la manière de nuages de mots-clés  (une coalition peut donc «  habiter » plusieurs axes).  Un exercice qui nous permettra de mieux identifier et qualifier sujets manquants comme alliés potentiels de chacun de ces axes. Ce panorama est donc amené à s’enrichir. N’hésitez pas à faire des suggestions en ce sens.


Coalitions liées à la dimension environnementale

Coalitions liées à la démocratie, à l’éthique et aux libertés

Coalitions liées à l’inclusion, à la capacitation, l’éducation, l’émancipation

Contexte covid-19 et coalitions

Dans cette période incertaine et paradoxale de crise sanitaire, les attentes et besoins de sens sont forts. Et partager des ressources communes numériques est un enjeu majeur. #RESET pourrait être porteur de préconisation de solutions en ce sens ou de types de solutions.

La richesse du sujet des communs est cependant et paradoxalement une difficulté pour rentrer dans une logique d’impact de type #RESET. Il serait sans doute utile de spécifier des objets plus spécifiques pour aborder la coalition « Communs numériques » :

  • les communs numériques logiciels (architecture, réseau…)
  • les communs de la connaissance, dont la question reprend de l’actualité à la faveur de la pandémie qui favorise leur mise en accès libre, notamment pour nécessité de continuité pédagogique

Des témoignages d’acteurs de la communauté #Reset

Deux interventions ont fait écho au sujet de la coalition #3 du programme RESET “Pour des formations supérieures numériques intégrant les questions éthiques sociales et environnementales” :

  • celle d’Augustin Courtier, co-fondateur de Latitudes, venu témoigner des actions de cette association en faveur de l’intégration d’une dimension sociétale dans les cursus des établissements du supérieur – notamment en lien avec le numérique – lire son interview
  • celle de Joffrey Lavigne, auteur-réalisateur interactif, qui propose, dans le cadre d’un travail pour le Muséum, de faire un état des lieux de la place de l’écologie et des transitions studies dans les différentes formations numériques en France, de poser un diagnostic, et identifier les leviers potentiels pour améliorer cela.

Ces témoignages nous aident à dessiner ce qu’on attend d’une coalition : un acteur (une association), une intention, une vision, des expériences, des problèmes (et des acteurs avec lesquels s’allier pour les résoudre). Se posent des questions partenariales : éviter une réappropriation par un partenaire financeur, faire en sorte de mettre autour de la table des acteurs pour résoudre les problèmes sans dévier.

Rôle et à la place des territoires dans Reset

Les dynamiques territoriales sont globalement transversales aux coalitions de #RESET (innovation, inclusion, environnement…).
La démarche territoriale de RESET s’organise autour de la construction, à l’échelle de chaque acteur territorial qui voudra participer, d’une boîte à outils pour des démarches intra territoriales (mise en place de ressources partagées, mise en visibilité des initiatives locales sur les différentes coalitions…). Des échanges inter territoriaux sont également organisés pour échanger pratiques et expériences.
A la faveur des premiers de ces échanges, plusieurs leviers se dessinent :

  • approche méthodologique de RESET pouvant s’interfacer avec des objets territoriaux (schémas directeurs d’aménagement numérique, chartes régionales, projets départementaux …),
  • convergence entre le numérique et une stratégie principale du territoire.

Une déclinaison locale d’un bouquet de coalitions
Témoignage  de Magali Roger, Chargée de mission innovation sociale et médiation numérique à la Métropole Européenne de Lille

La Métropole Européenne de Lille (MEL) – déjà partenaire de RESET en 2019 – a pris la décision de monter des coalitions territoriales à l’issue de la Conférence RESET du 3 décembre dernier. Un cheminement qui nécessite d’agir à différents niveaux d’une collectivité territoriale (DGS, directions opérationnelles, réseau).

La démarche a d’abord été présentée et expliquée au sein des différentes directions de la MEL qui s’intéressent au numérique (développement économique, SI, réseaux aménagement numérique, R&D, relations usagers). Six – sept coalitions « prioritaires » ont été présentées début mars. Elles ont été décrites, des partenaires nationaux ont été identifiés, puis des partenaires territoriaux ont recherchés et des engagements tenables déterminés. Objectif : organiser une réunion partenariale au mois de mai avec la MEL qui annoncerait ses engagements (selon son positionnement piloter ou contribuer) et organiserait des « partages d’action » avec d’autres acteurs.

La Banque des Territoires partenaire de RESET sur le volet territoire Témoignage d’Audrey Charluet.

Dans le contexte actuel, des initiatives numériques se développent et sont proposées dans une « joyeuse anarchie ». Les collectivités ont un vrai rôle à jouer de prévention et de prescription de la « sobriété digitale ». Pour faciliter et amorcer une démarche Reset territoire, un livret « RESET pour les territoires », sera réalisé. Les retours d’expérience seront valorisés sur une plateforme Banque des Territoires.

Retrouvez les notes du Reset Day 4.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces éléments HTML tags et attributs :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>