9. Faire des données personnelles une source de pouvoir citoyen

Pour une feuille de route «Self data» des acteurs publics européens

Présentation

  • coalition en projet
  • coalition en réseau avec la communauté mydata.org
  • adaptation territoriale à confirmer

Dès 2010, La Fing proposait à travers son ouvrage Informatique, libertés, identités de transformer le “droit d’accès et de rectification” de la loi 1978 en un “droit d’accès et de récupération” des données personnelles. En 2011, elle suggérait, grâce à l’expédition “Confiance Numérique”, d’en faire une piste d’innovation susceptible de répondre à la crise de confiance qui oppose les individus et les entreprises. Depuis, le projet MesInfos a exploré la piste du retour des données personnelles aux individus qu’elles concernent à travers de nombreuses saisons et a donné naissance au concept de Self Data : la production, l’exploitation et le partage des données personnelles par les individus, sous leur contrôle et à leurs propres fins.
De son côté, le nouveau règlement général pour la protection des données personnelles a consacré le droit à la portabilité des données personnelles, c’est-à-dire la possibilité pour un utilisateur d’un service de demander au fournisseur les données qui le concernent. L’entrée en vigueur de ce droit constitue un levier fort pour implémenter plus largement le self data (qui lui préexistait).
Dans les faits, même si un écosystème hétéroclite (détenteurs de données, fournisseurs de services, chercheurs, activistes…) s’est formé autour du Self Data, celui-ci reste pour l’heure un usage de niche, loins d’être une priorité stratégique pour les entreprises ou un usage quotidien pour les individus. Comment faire alors pour soutenir son émergence à plus grande échelle ?

Impacts en 2022

  • Le Self Data apporte la maîtrise de leurs données aux différents individus de la société.
  • L’écosystème de services Self Data forme une offre fédérée et foisonnante.
  • Le Self Data est un sujet à l’agenda public et médiatique.
  • Les organisations font du Self Data une de leurs priorités, au même titre que le Big Data etc.

Leviers

  • Un baromètre de la portabilité et de l’interopérabilité : (entreprises détentrices de données, PIMS/PDS, institutions publiques, cabinets de conseil, CNIL) => #impact 2
  • Le kit d’acculturation du citoyen : (territoires/métropoles, structures de médiation, chercheurs, designers, citoyens) => #impact 1
  • Self Data Impact : (communauté Self Data/MyData France) => #impact 3 & 4

Modalités

A définir par la coalition

Acteurs à associer (offre, commande, usages)

  • Fournisseur de services SD : Cozy, Digime, Fair&Smart, OneCub, Meeco, Personal.Io, Inrupt,
  • Détenteurs de données (et potentiel fournisseurs de service SD) : Maif, Enedis, Société Générale, La Poste, Orange, Vyv, Engie, Métropole de Lyon, Nantes, La Rochelle
  • Autres acteurs : Caisse des Depot, Cap Digital, BPI, DGE, CNIL, CNUM, DINUM, MyData Global, Tuba, La Quadrature, Cigref, IDATE, NESTA, Ctrl-Shift, autres cabinets de conseil

S’engager dans cette coalition, cela peut vouloir dire… :

  • Sensibiliser et former vos services et “métiers” ainsi que vos responsables data au Self Data
  • Acquérir une connaissance/compréhension du marché et de l’écosystème Self Data
  • Faire naître des initiatives self data dans vos organisations
  • Co-construire des initiatives/cas d’usage avec des citoyens
  • Contribuer à l’émergence de standards, de méthodes et de plateformes partagées
  • Construire un cadre partagé pour une stratégie self data nationale, voire européen.

Rendez-vous pour avancer

A venir.

Vous souhaitez contribuer à cette coalition ?

Contactez-nous !

Ressources et productions

Premiers soutiens