5. Un IoT 2022 soucieux de la privacy, de l’environnement et de la maîtrise collective des données

Présentation

  • Coalition en projet
  • Besoin de coporteurs du côté de l’offre, la commande, les usages…

Le très fort développement de l’internet des objets multiplie à la fois le nombre d’objets produits, les types d’objets, les données émises et transportées, les usagers concernés, le tout dans un cadre de normes juridiques et techniques instables : 

  • Beaucoup sont à faible coût et à risque d’obsolescence élevé, et sont très consommateurs de connexions ; posant plusieurs problèmes sur le plan environnemental
  • Beaucoup posent des questions de droit et de libertés (à domicile, dans les lieux de travail, dans l’espace public), 
  • Beaucoup soulèvent des problèmes de maîtrise des données (dépendance aux fournisseurs, au cloud), voire de sécurité (objets connectés = objets hackables).

Le champ d’innovation de l’IoT est très ouvert, avec des objets simples ou sophistiqués (capteurs, compteurs, objets domestiques,…), de nombreux domaines d’applications (santé, mobilité, logistique, environnement,…), une diversité de réseaux (Lora-sigfox-réseaux mobiles du gsm à la 5G, réseaux à courte portée etc).

  • La maîtrise collective de l’IoT et de ses enjeux est aujourd’hui très faible : on est en présence d’une innovation jetable et permanente, massive, comportant autant de gadgets que d’éléments de services publics ou d’infrastructures critiques.
  • La maîtrise d’ouvrage est très dépendante de l’offre, elle-même très atomisée.

Affirmer des intentions et des principes d’action forts et partagés par les commanditaires, les concepteurs et la société, c’est permettre à ce secteur d’orienter son développement dans des directions compatibles avec l’intérêt général et offrir un avantage différenciant aux acteurs qui feront ces choix. En bref : un secteur de l’IoT sobre en consommation d’énergie, frugal en respect des droits et libertés, intelligent en matière de dépendance aux systèmes.

Impacts en 2022

Leviers

  • Un référentiel partagé et ouvert (et peut être évolutif) pour les acteurs de l’IoT décrivant des principes d’action
  • L’utilisation de ce référentiel dans les cahiers des charges des marchés publics, les critères d’investissements et appels à projets, etc.
  • Des modes de régulation renouvelés et l’identification d’acteurs tiers de confiance permettant de garantir des enjeux de vie privée, de neutralité, de pérennité (par exemple sur les enjeux de vie privée, valorisation de services de “trusts” ou autres qui permettent une maîtrise différentes des données)
  • Rendre plus visibles les enjeux de l’IoT et construire des formations auprès des concepteurs et des régulateurs
  • Renforcer l’application du droit : envisager le respect de la privacy au-delà du RGPD (lieux et situations de travail, espace public, domicile)
  • Limiter le recours au cloud

Modalités

À définir par la coalition.

Acteurs à associer (offre, commande, usages)

  • Commande : Villes et territoires, opérateurs de services urbains, logistique, … Achat public (cf lien avec cette coalition). Régulateurs et autorités indépendantes.
  • Offre :  Direction Générale des Entreprises (DGE), en partenariat avec le réseau thématique French Tech #IoT #Manufacturing,acteurs de l’innovation numérique, pôles de compétitivité (CapDigital, Systematic), acteurs du design ; acteurs des réseaux de télécom , acteurs de la formation des innovateurs. 
  • Usages : associations de consommateurs, société civile numérique/privacy, syndicats et représentants de travailleurs…

S’engager dans cette coalition, cela peut vouloir dire… :

Contactez-nous !

Rendez-vous pour avancer

Vous souhaitez contribuer à cette coalition ?

Premiers soutiens