Retour sur la conférence #RESET

La conférence #RESET a réuni le 3 décembre dernier, 180 acteurs du numérique et de la société civile soucieux de retrouver la maîtrise de leurs choix (d’entreprises, d’acteurs publics, de citoyens, de société). Prenant appui sur une année de travail en prospective abordée par le cycle Questions Numériques de la Fing, son premier objectif était de poser les bases d’une action collective, convergente et mobilisatrice, à vocation d’impact en 2022, pour les 3 ans à venir. 

Engagement du programme d’action #RESET 2019-2022

Un programme pour transformer le numérique

Le programme d’action #RESET 2019-2022 entend en effet créer les conditions de la transformation d’un numérique que nous voulons choisir, et non subir, plus humain et émancipateur, en actionnant différents leviers d’action. Il s’agit de travailler simultanément sur :

  • ce que nous attendons du numérique (un numérique capacitant, inclusif, frugal, innovant, démocratique, équitable et protecteur);
  • ce que des coalitions d’acteurs peuvent faire en agissant notamment dans plusieurs directions :
    • la commande : l’intention politique ou stratégique, le modèle économique, les principes d’investissement, les critères d’achat
    • l’offre : le numérique lui-même – choix d’architecture, de conception, de standards
    • les usages : appropriation, maîtrise d’usage, enjeux d’inclusion, de libertés, de partage de la décision, de consommation, de travail
  • des actions communes, à l’échelle locale, nationale et européenne.

Vers une gouvernance collective

Jacques-François Marchandise, délégué général de la Fing, a présenté le dispositif de #RESET 2019-2022. Il souhaite en faire un objet d’engagement et de travail partagé, en sortant d’une gouvernance portée uniquement par la Fing. Une assemblée constitutive #RESET est invitée à se tenir en ce sens, le 16 juin 2020.

“La dimension collective de #RESET est essentielle : personne ne nous a attendu sur un ensemble de sujets, mais tous les acteurs ont besoin d’alliés pour dépasser le cercle des gens avec lesquels ils travaillent déjà et faire levier”

Des interventions engagées et stimulantes

Deux masterclasses pour inspirer l’action

La première, “Ré-inventer le numérique, enjeu stratégique”, posait la question « quelle société numérique voulons-nous? “. Vouloir « ré-inventer le numérique », implique que les jeux ne sont pas faits. La puissance des GAFA paraît sans limites et les États autoritaires ont appris à contrôler le Net. Y a-t-il réellement des choix possibles ? Ceux-ci ne portent-ils que sur les marges ou peuvent-ils adresser le cœur des enjeux ?

Serge Abiteboul – directeur de recherche en informatique (Inria, ENS) et membre du collège de l’Arcep, Christine Balagué – professeur, Institut Mines-Télécom Business School, titulaire Chaire good in Tech, Marie Ekeland – entrepreneure, cofondatrice du fonds d’investissement Daphni  et Marylise Léon -secrétaire générale adjointe de la CFDT, réunis par Philippe Lemoine, président de la Fing, nous ont apporté leurs éclairages.

Notes de lecture

La seconde masterclass « Transformer le numérique pour faire face aux transitions »posait la question : « le numérique d’aujourd’hui est-il adapté au monde de demain ? »

La question écologique est bien sûr centrale : non seulement le numérique contribue au problème, mais il ne semble pas préparé du tout à un monde reconfiguré par la transition écologique, voulue ou subie. Et il y a peut-être d’autres « transitions » auxquelles le numérique ne contribue pas et n’est pas préparé : démographique ? démocratique ? multiculturelle ?)

Frédéric Bardeau – président cofondateur de Simplon.co, Céline Faivre – directrice générale adjointe – Numérique, Achat, Juridique de la Région Bretagne, Diego Landivar – directeur d’Origens Media Lab, enseignant chercheur au groupe ESC Clermont, Valérie Peugeot – chercheuse à Orange Labs, membre de la Cnil réunis par Daniel Kaplan, co fondateur  Plurality University,  nous ont apporté leurs éclairages.

Notes de lecture

Une société ultra digitalisée qui utilise des outils qu’on ne maîtrise pas”

En conclusion de la matinée Salwa Toko présidente du @CNNum nous a partagé enthousiasme et colère.

Entreprises numériques : agir pour servir les transitions

La conférence #RESET était accueillie dans les locaux du groupe Leboncoin, rue du Faubourg Saint Martin à Paris. Antoine Jouteau, DG / CEO, a introduit l’après-midi en rappelant le positionnement original du groupe (data, inclusion numérique, cohésion des territoires et de l’emploi) avant de déclarer engager Leboncoin dans #RESET 2019_2022, tant dans l’impulsion que dans l’action des coalitions. Une intervention retweetée par le compte du groupe Leboncoin.

Des régulations du numérique européen protectrices, reflétant un numérique que nous voulons

Henri d’Agrain, délégué général du Cigref a, quant à lui, attiré l’attention sur l’intérêt d’agir collectivement également à l’échelle européenne pour garantir un numérique que nous voulons.

Selon lui, le risque majeur pour le numérique est la perte de confiance. La confiance est le moteur de la croissance des entreprises du numérique.

Outiller, faciliter, valoriser des coalitions d’acteurs

Un atelier de fabrique de coalitions a proposé et parfois enrichi de premiers sujets d’action candidats à coalition.

Cette liste s’est enrichie de nouvelles propositions :

  • Favoriser l’émergence des régulations nécessaires pour un numérique durable, responsable et de confiance
  • Développer le bon comportement de l’usager
  • Mettre en débat les choix technologiques sur un territoire

Des tables – ateliers de coalitions ont contribué à défricher les sujets suivants :

1.  Dématérialiser sans déshumaniser

3. Pour des formations supérieures numériques intégrant les questions sociales et environnementales

4. Pour l’achat public numérique responsable et conscient de ses choix

8. Développer et maintenir les communs numériques

11. Des villes territoires numériques ouvertes et voulues par leurs citoyens

12. et 13 réunies : Des outils de travail et environnements numériques cohérents avec les missions des  travailleurs + Pour un numérique facteur de liens, de droits et de capacités humaines au travail



14. Outiller les choix éthiques et de responsabilité numérique des petites entreprises

16. Imaginer et construire un système numérique résilient aux chocs à venir (épuisement des ressources, crises énergétique…)

La méthodologie qui pourrait être proposée en support des coalitions a également été travaillée.

Perspectives et points d’attention

Jérome Giusti – avocat, fondateur du cabinet avocat Metalaw et qui avait appelé à un « reset » juridique publié un article, Tristan Nitot – directeur général de Qwant, Pierre Boudes – maître de conférences en informatique et vice-président numérique de l’Université paris 13, Odile Chagny – économiste et prospectiviste, co-fondatrice réseau Sharers & Workers, Charles-Pierre Astolfi – secrétaire général du Conseil national du numérique, ont rappelé l’intérêt pour la démarche de nombreux acteurs et la nécessité d’articuler aujourd’hui et demain

Prochains rendez-vous et étapes


Retrouvez les tweets et images de la journée

One thought on “Retour sur la conférence #RESET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces éléments HTML tags et attributs :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>